Accueil > Photos > Le changement, c’est pour lui

Le changement, c’est pour lui

02/05/2012

Une fois n’est pas coutume, j’ai cessé d’utiliser ma propre pomme pour m’entraîner à faire des photo-montages décalés.

J’ai décidé d’emprunter celle de notre (probablement futur*) président F. Hollande. Le style photo-monté finit ainsi par rejoindre celui d’une certaine presse satirique, puisqu’elle utilise les mêmes ficelles. Je présente d’avance mes excuses à Monsieur F. Hollande pour avoir sélectionné parmi tous les clichés de lui trouvés sur la toile ceux qui le mettent le moins à son avantage, tant sur le point du teint, de la mimique faciale, ou de l’esthétique générale. Je me suis amusé à plaquer ces clichés ratés sur la pomme des anciens présidents en action ou en pose avantageuse, le tout simplement pour produire un comique de contraste. Je présente aussi mes excuses à Lactalis Nestlé Produit Frais, pour l’usage du design de Flamby, qui est un bon produit et que j’ai adoré consommer, et qui a aussi été sélectionné suivant la même logique de création d’un comique de contraste.

Indépendamment des bruyantes envolées rhétoriques dont sont capables les candidats à l’Elysée, la mise en application des programmes – si tant est qu’elle puisse jamais advenir – n’a presque jamais la saveur et le goût des idées prononcées haut avec la bouche lors des salves de promesses idéalisées qui émaillent les campagnes. Au regard de l’Histoire, la « normalité présidentielle », relève d’une capacité à la représentation populaire et à la personnification populaire, très généraliste, mais sans compétence spécifique particulière. Sur le papier, un président n’est qu’une personnalité personnifiant le peuple, pas plus, pas moins. Il reste donc souvent en bilan des années d’une « fonction » qui donne beaucoup de place à l’apparat,  et qui finalement, consiste à faire usage concret des avantages de ladite fonction. Bien entendu, suivant les confidences de l’ancien président N. Sarkozy au regard de l’émergence des nouveaux médias numériques et réseaux sociaux d’information, un président est en représentation et doit aujourd’hui « savoir faire illusion », 24/24, et 7/7 sans plus pouvoir s’arrêter.  Là est la difficulté. La grande majorité des présidents Français (gauche et droite confondus) ont, pendant des décennies, simplement usé du palais de l’Elysée, ou profité des avantages d’y vivre, ou joui de frais de bouche & de déplacement en grande pompe gratis, joui d’un train de vie fastueux ou tape à l’œil, profité de l’accueil des autres peuples lors des voyages organisés et visites de courtoisie à l’international, et profité d’un sentiment d’importance, etc… en ponctuant leurs mandats d’interventions travaillées qui donnent le change, et en laissant les premiers ministres œuvrer concrètement et/ou « sauter » comme des fusibles à leur place en cas d’échec.

En ce qui concerne M. Hollande, le comique de sa campagne vient du fait qu’il souhaite incarner à la fois un vrai changement, et en même temps, le « retour à la normalité » présidentielle – l’un excluant logiquement et complètement l’autre.  Il n’en reste pas moins qu’une majorité statistique peut s’honorer d’avoir contribué au bonheur de quelqu’un, on espère que l’état de grâce qui consistera pour elle à vivre par procuration les joies de la découverte des avantages d’une posture flatteuse, qui durera un certain temps.

La vie de chateau, c'est maintenant

L'affiche qui allie l'arrière plan au premier plan.

Votre représentant national

François est à l'image du Français, jovial, éclairé, cultivé, bien nourri, et content de son sort (forcément, vivre dans un palais pendant 5 ans il va pas tirer une tête d'enterrement)

Le poids de la fonction

François ressent avec gravité le poids de la fonction

François qui en impose à ses homologues Chinois

François lors de sa première tournée mondiale, fait un crochet par Pékin et rencontre son homologue chinois.

C'est plus son problème

Face aux plans sociaux, aux difficultés, François pose dans la dignité, un regard confiant, sur l'avenir de son ménage.

Le dur métier de président

François qui mesure la gravité de la situation et signale aux superpuissances son profond désaccord

Lutter contre le chômage, F. Hollande Président

Le programme à succès du candidat, sans fausses promesses, résumé en un slogan qui fait mouche

Du côté droit au côté gauche

On passe enfin du côté droit au côté gauche ! Le vrai changement est arrivé !

Un tour du monde aux frais du contribuable

Les voyages organisés c'est formidable

Ma solution contre le chômage ? Devenir président !

François savoure enfin la joie d'avoir un vrai travail.

Hollande Bizut 1ere Année


Découvrant soudainement l'existence d'homologues sur la scène internationale, François passe avec dignité son premier bizutage.

Bonne nuit les petits

La première allocution télévisée du président, emplie de dignité, de solennité, et d'espérance

François, le 20eme de la classe (en bas à droite)

François pose fièrement avec ses homologues, après avoir négocié in extremis le rachat de la totalité des dettes publiques de la France par le Qatar et l'étalement du paiement sur 263 ans à 16.3% d'intérêts.

* à l’heure où ce billet est rédigé, il semble que le score du second tour soit un peu plus serré que prévu, mais l’ensemble des instituts de sondage semble formel, N. Sarkozy malgré ses remarquables efforts et sa combativité indéniables, ne profite d’aucun calcul politicien favorable, et de trop peu de report de vote sur les flancs de son parti. Il ne remonte plus assez dans les intentions de vote pour l’emporter in fine. Seul les 18% d’indécis peuvent encore faire basculer un scrutin pour l’instant plié d’avance, et produire un coup de théâtre très politicien… Reconnaissons que, même si ce coup de théâtre a lieu, la suite de l’actualité politique va de toutes façons être très difficile à vivre quel que soit l’élu : plans sociaux, chômage, récession, mesures encore plus impopulaires, explosion des déficits publics, départ des capitaux, perte du triple a définitivement entérinée, émeutes… N. Sarkozy y prendrait un « coup de vieux » encore plus spectaculaire que celui qu’il s’est mangé en 5 ans… quant à M. Hollande, découvrant sur le tas son nouveau métier, et constatant l’éclatement rapide d’une unité de gauche factice, il devra trouver le moyen de se changer les idées auprès de ses homologues, lors de voyages à l’étranger, sans quoi, il risque rapidement de s’engluer in situ et de perdre sa légendaire jovialité…

Catégories :Photos Étiquettes : , , ,
%d blogueurs aiment cette page :