Accueil > DIY, My Life > Imprimer en 3D des objets sexy – quelques trucs

Imprimer en 3D des objets sexy – quelques trucs

05/04/2013

J’espère que vous ne m’en voudrez pas pour ce titre accrocheur, un teasing magistral digne des plus grands, pour vous attirer sur le sujet : l’obligation de tripoter à la main des objets sexy.

Avec cette vidéo, je reviens sur mon principal problème avec cette imprimante 3D, les bulles (bubbles) qui surgissent à l’improviste, durant la conception de l’objet, qui se solidifient sur les dernières strates, et qui font courir à l’ensemble un risque de frottement et de stabilité parfois fatal.

Alors je cherche des combines pour maintenir correctement en place les constructions 3d lorsqu’une bulle se forme et lorsque la tête d’impression la rencontre brutalement au point d’arracher l’objet à la base du plateau.

Bah j’ai pas trouvé grand chose pour sauver une impression de 3D en catastrophe, hormis me saisir du modèle avec la main. ATTENTION, je réalise à quel point c’est très risqué. Une méthode qui ne doit fonctionner que si et seulement si il existe une distance suffisante entre le plateau et la tête d’impression, pour que vous puissiez y glisser votre main et effectuer une prise relativement confortable.

Bah oui, je dis « confortable », parce que, le problème c’est que : une fois que vous êtes partis pour maintenir un objet à la main et qu’il vous reste 2 heures encore jusqu’à la fin de la construction, mieux vaut être confortablement installé.

Grotesque. Cette technologie me semble loin d’être aboutie ou du moins je dois avoir quelques amélioration à produire moi-même pour la rendre plus viable dans l’usage. Je suis en fait simplement déçu que ce joli « produit », dans son joli châssis, véhicule une si nette ill. heu… impression de fiabilité et se révèle aussi branlant dans les faits. Et aucune piste ne m’est donnée. Aucune indication. Pas de message d’erreur lors de l’impression. Cette tête d’impression n’a aucune intelligence, aucun détecteur, que ça marche ou pas, elle continue bêtement son œuvre. Aucun auto_diagnostique sur ces bulles, aucune mention n’en est faite dans le manuel, et niveau groupes d’échanges, aucune mention n’en est faite non plus. Ça semble être un problème trop rare.

Et à mon avis, la rareté du problème vient du fait qu’il y a quelque chose de raté, de mal conçu, de mal usiné, mais la vice étant subtil, il ne se manifeste pas encore assez franchement pour être répertorié dans les procédures de troubleshooting couramment rencontrés par les autres utilisateurs.

La seule stratégie dans ce cas est donc d’utiliser encore plus intensivement l’imprimante jusqu’à ce que quelque chose de plus flagrant se produise.

Mais bon, patient et acharné, je progresse dans la compréhension des limites. Et imaginez, je n’ai même pas encore essayé d’imprimer mes propres objets modélisés par mon propre cerveau.

Je n’en suis pour l’instant qu’à l’impression de modèles pondus par d’autres, c’est dire si, en fait, j’ai encore des choses à découvrir.

Merci et à bientôt !

Catégories :DIY, My Life Étiquettes : , , , , ,
%d blogueurs aiment cette page :