Accueil > Renoise > Les gris arrivent

Les gris arrivent

24/11/2013

Ce mois-ci la ponte a été assez rapide : à peine 6H pour le dernier œuf « gris ». Vous vous en doutez bien, il s’agit d’un bidule fait sous Renoise, mon logiciel préféré !

Nostalgique du temps des défuntes Dead Dog Renoise Compositions, je me suis rabattu sur la célèbre SDCompo pour ma ponte mensuelle, en faisant coup-double avec la ponte de la RRF de http://www.refra.fr dont le timing coïncide parfaitement avec celui de la SDCompo ce mois-ci. Le thème de la compétition : synthèse native temps réel, a déjà été abordé dans les Dead Dogs ; mais cette fois-ci, on part désavantagés, en effet, on entre en compétition avec des utilisateurs de Buzz, Psycle, SunVOX, dont les softs intègrent des générateurs de son de synthé natifs alors que Renoise a justement fait volontairement l’impasse sur son bon vieux synthé interne jadis incrusté dans le code de NoiseTrekkr. Mais bon, il ne me fallait pas énormément de temps pour retrouver mes vielles chaines utiles en format .xrnt pour les adapter à ce challenge, voire même les optimiser ; le reste « mélodique » de la compo m’est venu en temps réel, et forcément, pas eu le temps d’enculer les mouches sur le mix, c’est du minimal, pas très élaboré mais efficace.

Pour la partie technique, j’ai concrètement repris les racks de PlanC afin de subvenir à mes besoins en terme de drumkit, et le traitement de la basse 303 s’inspire de celui déjà effectué sur le titre Gothomatic, puis j’ai utilisé la technique de stockage des échelles de correspondances entre fréquences et notes dans un custom LFO, créée par dBlue (le codeur du VST Glitch), pour contrôler l’oscillateur du RingMod ; vu qu’avec cette technique, j’ai décidé de créer un synthé multi-oscillators (3 stages mixés), ce module me pompe quand même plus de 50% de CPU même en quad core. Donc cette fois-ci, pour économiser du cycle machine, j’ai couplé à la basse 303 une hybridation très simplifiée (et plus rapide) de mes easy formants filters, dont les voyelles ne passent plus par un système type « inertia » (mais c’est plus robotique) et dont la sélection se fait de façon assez aléatoire. Appliquée sur la basse, ce type de modulation produit quelque chose de relativement inattendu et très incisif. J’ai troqué mon habituel multiband compressor final contre un multiband « limiter », plus utile sur ce genre de construction très « brute ».

Comme d’habitude, le module source se télécharge gratos et c’est « par ici« .

Si vous téléchargez ce module source, vous constaterez qu’il ne fait que 79ko et qu’il n’y a, de ce fait, aucun sample à l’intérieur ; pourquoi, parce que la source du signal n’est pas produite par l’arrivée d’un sample, mais par l’action d’un DSP « line in » dont le volume de sortie est volontairement « mis à zéro » ; mais vous me direz pourquoi faire ça ? Parce que sans sample, la piste n’a pas de signal d’entrée et ne « vit pas ». Pour pallier au problème du zéro sample, on utilise le « signal » du DSP line in, et pour ensuite le traiter comme bon nous semble, on le lisse à zéro en baissant à fond le volume ; il se compose donc d’un flux de zéro en temps réel, idéal pour un traitement numérique ultérieur ; en effet un volume à zéro, c’est certes inaudible, mais ça un flux composé d’une suite de zéros, quand même (!). Donc ce type de montage crée un signal d’entrée minimum qui peut ensuite servir à quelque chose être « amplifié »/ »rehaussé » via un DSP type DC Offset. Je rappelle que créer un Offset, c’est simplement ajouter des valeurs au dessus de zéro. L’amplification du DC Offset, va donc pouvoir faire l’objet d’une multiplication numérique rétroactive, via le multiplicateur interne du DSP RingMod qu’on place derrière, lequel va donc sortir une oscillation sonore « pure » en fonction de la fréquence de l’onde avec laquelle le signal d’entrée est multipliée (ça peut être une onde en forme de sinusoïde, mais aussi, de dent de scie, etc…). Vu la brute épaisse que constitue le son « monophonique » de sortie d’un tel montage, j’ai levé le pied sur la disto, et c’est le mieux qu’on puisse faire avec les productions pures du RingMod, qui forment un son hyper-massif.

Voilà, merci pour votre écoute et votre lecture – oui il y a des chances pour que vous ne bitiez presque pas ces quelques lignes qui précèdent, normal, c’est du jargon technique de pondeur de modules soundtrackés modernes, si vous voulez augmenter votre vocabulaire, une seul direction à prendre : www.refra.fr.

@ plus !

Maxime

Catégories :Renoise Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,
%d blogueurs aiment cette page :