Archive

Posts Tagged ‘effects’

Eternal Exodus

03/10/2013 Commentaires fermés

Un peu comme pour le précédent morceau Ghost Love, celui-ci traine en fond sur mon disque dur depuis des lustres, sous la forme d’une boucle obsédante de tb303  un peu mélancolique, et d’un beat de ballade distordu. Le problème c’est que je ne parvenais pas à renforcer l’aspect dramatique/filmique du morceau. J’ai tenté de remédier au problème en renforçant le trait avec l’appui de strings cristallins très hollywoodiens et appuyés.

Notez que rien ne vaut une onde sinusoïdale pour la sub-basse. Vous me croirez ou pas j’ai cherché des plombes dans ma liste de 1200 VSTis un qui puisse produire un son de sub-basse aussi net et exploitable, et … rien, que dalle. Finalement, j’ai pris une simple onde de chipsound et si vous filtrez les quelques 40 premiers Hz sur le Master en sortie ça déchire.

Je voulais initialement présenter ce morceau à l’occasion du programme RRF (Radio Renoise France) mais les règles spéciales imposant l’usage d’un sample de tondeuse à gazon imbitable, j’ai fini par renoncer et publier la piste de façon indépendante.

Si vous analysez le .xrns (toujours disponible en téléchargement gratis ici), vous constaterez que certains arpèges ont été grapillés sur des plugins VSTis, en particuliers l’arpège de tb 303 (qui vient d’un preset du plugin Nexus 2, de reFX), et un arpège très éclaté (qui vient d’un preset de Rapture de Cakewalk). Ce morceau démontre si ce n’était pas encore fait que le grapilleur de plugins de renoise est une tuerie. Le son d’origine est fichtrement bien préservé, et le poids du morceau est inférieur à 30Mo ; quand on sait que Nexus 2 à lui-seul pèse plusieurs Gigas… L’ensemble de strings cristallin est lui-aussi issu de Nexus et franchement dites vous que je me suis retenu de grapiller plus au sein de ce plugin : si vous avez quelques euros de trop à claquer je vous recommande au plus haut point reFX Nexus, au son très présent, et d’excellente facture, un incontournable.

Je vous remercie pour votre écoute,

@ bientôt !

MAXIME LORRAI - Exode éternel

Maxime

 

Easy Formants for Renoise 2.8 !!! V2 !!! [English]

08/04/2013 Commentaires fermés

Hey folks I’ve just received the help of Bit_Arts himself to improve the concept !

Even more easy than easy, now.

What’s new ?
– 4 Formants Filter Bands instead of 3, and everything is still packed a just 1 chain
– Virtual Keyboard Based Formants Control
– Formants Feedback control
– Auto Q
– Auto Bot Voice
– fixed RExciter ™ position 😉
– replaced the detuned wobble sample by a more typical chipsound

FAQ

How to install it in my own song ?

  • Right-click somewhere on the Track DSP chain.
  • Select Device Chain => Save As…
  • Select your target directory and give a name to the chain.
  • It must have the .XRNT file extention.
  • Then when you edit your song, right click somewhere on your Track DSP tab.
  • Select Device Chain => Load…
  • Find your .XRNT file, load it.
  • That’s all.

How to modify Formants ?

  • Formants here are « Keyboard Controled ».
  • Use the C-0 to C-2 Keys to modify formants.
  • Go into the Sample Keyzones.
  • Modify your Sample Layer so that it doesn’t use notes from C-0 to C-2.
  • By this way you’ll be able to both play your sample & control the filter in the same track.

How exactly did you placed formants on the low notes ?

  • Formants are composed of 5 cycles of 5 ‘aeiou‘ vowels.
  1. the first cycle is adapted to « Basses » sounds
  2. the second cycle is adapted to « Tenors » sounds
  3. the third cycle is adapted to « Contra-Tenors » sounds
  4. the fourth cycle is adapted to « Altos » sounds
  5. the last cycle is adapted to « Sopranos » sounds
  • Selecting the right cycle can’t be automatic.
  • Just use your own ears for that !

How to sound lika robot ?

  • Completely drag the Humanize slider to the left.

I don’t like the robot sound. How do I delete it ?

  • Don’t delete the DSP
  • Drag a bit the Humanize slider to the right.
  • Or uncheck « Bot Voice »

What is the Feedback parameter ?

  • This is something that adds some personnality to the sound.
  • Warning to high parameters will produce a glassy/metallic effect, stange but interesting.

What is the Auto Q parameter ?

  • The Auto Q parameter slightly increases the Q factor of bandpass filters when formants deal with higher frequencies. You can switch it off if you want to use the Bandwidth slider like a Wet/Dry signal slider.

My filtered sounds is poor compared to yours.

  • It’s logical. Some harmonics have been removed by the chain. Put the *Exciter DSP and the end of the chain, and raise sliders to revive the flat sound.

Download
HERE.

Credits

Still featured in the www.refra.fr french portal.

have fun with Renoise !
kurtz/lapiNIC

Poupée de son (1)

13/02/2013 1 commentaire

Je constate que, vers la fin de la trentaine : je joue encore à la poupée (lol).

Gloups ?

Gros fantasme, grosse régression.

Faut pas m’en vouloir.

Y’en a bien qui sont parfaitement sains d’esprit et qui à l’approche de la retraite : jouent encore aux petit soldats de plomb et ne s’en portent que mieux.

Aperçu du projet :‘de l’autre côté de la cité des anges’

Des ombres aux yeux rouge-vif

13/07/2012 Commentaires fermés

Et si au lieu d’utiliser des échantillons d’instruments conventionnels je me servais des bruits de ma maison ? (tondeuse qui démarre, boule de yin-yang, impact de verres, de casseroles, cuillers, douche, interférences de téléphone sans fil, bip de ventilo, pièce de monnaie qui tourne, souffle dans bouteille, tue mouches, pshit de dégivrage, porte de garage automatique…). Ce genre d’exercice promet souvent la venue au monde de pistes très « ambient » et souvent « dark ambient » si les sons enregistrés ne sont pas « naturels » ou « biologiques » ; il est plus facile de créer des fonds lugubres à partir de grincements de portes échoïques, ou de grillages au ralentit. Mais j’avais en tête quelque chose d’un poil plus mélodique qu’un fond ambiant lugubre simple.

J’ai donc passé quelques heures tôt le matin chez moi, pour y enregistrer des sons divers et variés avec le microphone Stéréo de mon JVC camcorder HD. La vidéo dure bien plus de 20 minutes, et une fois convertie en fichier WAV sans vidéo, le tout fait bien 95 mb de sons exploitables. Mais, ce n’est pas le tout d’enregistrer des sons en ((stéréo)), il faut ensuite bien entendu les isoler, un par un, puis les nommer, les classer, les trier, puis aussi, les filtrer, puisqu’au cas où vous ne vous en seriez pas aperçus, les sons sont dès l’origine gâchés par toutes sortes de bruits de fonds blancs, très légers certes mais qui une fois amplifiés et placés au sein d’un arrangement, se feront inéluctablement entendre. Donc bien entendu on utilise des filtres passe haut ou passe bas, en fonction, un device nommé *gater : le genre d’engin coupe les sons dont le volume n’excède pas x dB. La phase d’enregistrement et d’isolation des sons utiles m’a quand même bien pris 12 heures de travail bref : une petite journée.

Cette phase préparatoire est un brin longuette, je vous ai habitué à plus rapide, mais le résultat, c’est qu’une fois les échantillons correctement préparés, j’ai pu faire l’arrangement en un temps record (4 heures). Il s’agit d’une sorte de slow électronique à base de bruits domestiques, d’humeur un peu étrange mais rien de bien terrifiant. La vidéo de l’arrangement définitif qui suit est divisée en deux parties, la première vous présente les sons enregistrés qui ont été sélectionnés, puis donc, leur utilisation directe au sein d’un arrangement complet.


– youtube est trop lent ? essayez dailymotion !

Je ne vous cache pas que si le thème est sympathique et si la piste vous présente quelques effets nouveaux, j’ai eu de la peine à produire un mix « cohésif » ainsi qu’une présence sonore suffisante sur les basses. Normalement, je devrais rajouter une sub-bass pour donner du corps et centrer les graves afin d’éviter toute dispersion stéréophonique du mix. Je ne l’ai cependant pas fait, d’une part sur le coup de l’urgence, car je n’avais que 4 heures devant moi, et d’autre part parce qu’aucun sample maison enregistré n’était assez exploitable en tant que sub-bass. Pour en faire, il faut simplement disposer d’une onde sinusoïdale « parfaite », et rien dans le matériel dont je disposait ne collait, d’une façon ou d’une autre. J’ai donc du à regret m’en passer.

Si votre bande passante vous interdit toute lecture vidéo, vous pouvez écouter le résultat en mP3 128kbits ici :

Et comme toujours, vous pouvez télécharger pour étude le fichier source de la musique au format .xrns ici ou . Merci pour votre lecture, et @ bientôt !

MAXIME LORRAI - Jump scare

Maxime

The Zeta Transmissions

14/04/2012 Commentaires fermés

.

Aujourd’hui on va aborder un bon exemple d’utilisation du « slice » (ou saucissonnage) sur ce joli tracker qu’est Renoise (attention faut avoir la version 2.8 pour lire l’exemple).

Vous pouvez regarder la védéo du titre sur Youtube, Dailymotion, ou même Facebook (Pour facebook faut avoir un compte).

.Pour introduire le concept du slice on va récapituler sur les méthodes précédemment abordées pour découper et jouer un échantillon à une position donnée, et pas uniquement depuis le début. Comme je vous l’ai assez bien expliqué jadis, Renoise fonctionne donc à base d’échantillons sonores. On va dire que c’est un bon sampleur. Certains échantillons seront courts, certains seront longs, certains seront directement des boucles de rythmes cycliques complètes et pré-arrangées (on les appelle les loops), et tout l’art est de faire cohabiter ces bouts sonores dans un ensemble à peu près harmonieux cohérent et synchronisé. On peut parfois dans ce cadre avoir besoin de démarrer une note pas forcément au début mais après 1 seconde, ou plus. A ce sujet et dans un précédent tutoriel dédié aux techniques de pitch shifting, je vous avais montré qu’avec une commande simple à utiliser dans les cellules (la commande 09xx, aujourd’hui changée en commande 0Sxx), on pouvait saucissonner en 256 parties chaque échantillon et lancer le playback de l’échantillon, précisément à une des 256 positions. Bien. Mais le petit problème avec cette sympathique méthode, c’est qu’elle manque de flexibilité, de caractère intuitif. Par exemple, sur un sample de 1 seconde, le découpage en 256 parts est assez précis. Mais alors, si vous souhaitez définir à la milliseconde près votre démarrage sur un sample qui on va dire prend deux minute, là… le découpage arbitraire en 256 positions manque un peu de précision, primo. Secundo, pour déterminer ladite position faut aller sur l’éditeur de samples, et placer le curseur sur la position souhaitée, regarder la timeline de l’éditeur, noter le code hexadécimal de la position (OO à FF), et l’écrire manuellement dans la commande de pattern au bon endroit…… Disons que si vous voulez travailler avec des loops rythmiques cette méthode est suicidaire. Imaginez, le kick de batterie commence à la position 2F, la cymbale à la position 5A la caisse claire à la position 9C, et le charlet à la position B8… Alors imaginez donc que l’utilisateur qui veut recréer un rythme original, à partir d’une loop, doit noter sur un papier les correspondances entre position hexadécimale, et le son désiré, et doit rentrer manuellement les codes hexadécimaux à chaque fois…. du masochisme.

Mais fort heureusement, depuis la bonne vieille version 2.6.1 sur laquelle j’ai commencé mes tutoriels, Renoise a bien évolué (on est sur la 2.8 à ce jour). L’éditeur de samples, intègre à présent un saucissonneur dernier cri qui renvoie aux oubliettes le calvaire précédemment décrit. En appuyant sur un bouton, l’éditeur se transforme en découpeur. Chaque clique sur une position y place un marqueur numéroté 01, 02, 03… et une fois les marqueurs positionnés précisément, l’appel de la commande de pattern 0S01, … ou 0S03 (la nouvelle version de l’ancienne commande 09xx), lance donc le sample à partir du marqueur, et pas d’une fraction de 256. Sur les longs échantillons, c’est sans bavure. Maintenant, la cerise sur le gâteau, c’est que pour chaque marqueur posé, Renoise génère automatiquement un sous-sample indépendant qu’il assigne à une note du clavier virtuel. Ca signifie qu’on peut même finalement se passer de la commande 0Sxx, on peut directement lancer le slice voulu en choisissant sa note de clavier associée, exemple, le slice de kick est sur la note C-4, le slice de la cymbale est sur la note B-5, donc quand on travaille sur la composition dans le pattern, on ne le quitte plus et on rentre simplement le bon slice, au bon moment en jouant avec le clavier azerty : magique, et finger in the nose.

Je vous invite à regarder la vidéo précédente, car ce titre The Zeta Transmissions utilise à fond la technique des slices. Imaginez, 90% de l’arrangement***, est composée seulement à partir de 3 échantillons de 10 secondes, maximum, lesquels  ont été hyperslicés. Le premier échantillon : est le kit de batterie, le second est une séquence de 64 sons divers et variés assignées à chaque note du clavier et parfaitement pitchés de sorte que que jouer avec l’ensemble puisse constituer une mélodie. Le troisième sample est formée d’une voix robotique vocodée (la mienne) qui dit « renoise dead dog competition force« . Si vous avez un problème de bande passante, et souhaitez juste ré-écouter la piste utilisez mon lecteur intégré :

Enfin, si vous voulez vous-même grappiller le fichier .xrns et jouer avec mes slices, pas de problème, comme d’habitude je vous le fournis gratos : il est téléchargeable sur mon compte dropbox [ici].

Je vous remercie.

Maxime Lorrai écoute de la musique en tâche de fond

Maxime

***Note : vous remarquerez qu’en plus de la technique du slice, j’utilise d’autres astuces de tracking Renoise assez complexes que je ne détaillerai pas ici du moins pour l’instant, comme par exemple, un synthétiseur « natif » qui me permet de créer cette espèce de ligne mélodique passée dans une espèce d’ampli de guitare, ligne douce et aigüe qui accompagne la piste et qui termine clairement le morceau. Si vous cherchez dans le fichier xrns, vous ne trouverez aucun sample de guitare, et pour cause, le son est un son de sinusoïde, directement généré par l’oscillateur du DSP Ringmod que j’ai introduit dans un précédent tutoriel, et la fréquence du ringmod est pilotée par un « key tracker », à savoir un méta-device qui fait correspondre les touches du clavier virtuel avec n’importe quel paramètre (dont ici la fréquence du Ringmod). Je vous détaillerai ça plus tard car ça relève vraiment d’une compréhension avancée des techniques du son et de la théorie musicale en générale.