Archive

Posts Tagged ‘electronic’

Les Yeux Noirs du Prêtre

31/03/2014 Commentaires fermés

Donc on continue sur le même thème des créatures grises/blanches avec des gros yeux noirs (cf, les zétas).

Mais cette fois-ci le challenge était particulièrement difficile, en matière de sample pack, pour la RRF du mois de mars, j’avais un son d’orgue, à l’attaque trop spécifique pour être employé pour autre chose que souligner une ligne mélodique, un son 8bitUnsigned émettant un buzz nasillard, et 3 sons de percussions type low toms quasi similaires (!) dont aucun n’est à priori exploitable pour faire un kick correct ni même un hit hat… oups. Premièrement j’ai eu à l’esprit de me faire une mélodie de type fugue à la J.S. Bach. Ce n’est pas que c’est trop ambitieux, mais le son d’orgue de toutes façons n’était pas assez réaliste pour ça…. même avec l’ensemble des réverbs, et tout, rien n’y a fait.

J’avais quand même dans la tête une idée de musique d’église, alors j’ai changé de fusil d’épaule et j’ai opté pour une transformation du son de l’orgue, via le ring modulateur. En fait, on peut rajouter des fréquences dures et métalliques sur le son en mixant le produit multiplicateur du ring modulateur, à 45% avec le son d’origine et en lui adjoignant une onde sinusoïdale dont la fréquence est linéairement proportionnelle à la hauteur des notes sur le clavier virtuel. Avec une bonne série de reverbs ont peut donc simuler un son à mi-chemin entre le glockenspiel et un carillon gentillet. Une fois que ça a été fait, j’ai renoncé à composer une fugue, de par la la nature très métallique et réverbérée du son, en espaçant les notes et en ralentissant le LPB, puis j’ai premièrement structuré le morceau comme une séquence mélodique assez mécanique et sans écarts, pour créer de la pulsation plus tard en instaurant des latences choisies entre les impacts des tonalités.

Au final j’ai pondu 2 minutes, à partir de 3 lignes mélodiques basées sur la même dominante. Puis, histoire de faire un morceau de 4 minutes, je les ai agencées de façon à ce que la dernière fasse office de « chorus ». Reprise des deux couplets, variation, puis chorus + chorus. J’ai pu rajouter quelques simulation de background vocaux synthétiques, en contre chant d’abord, mais cela n’était pas bon, donc en mode « pads », en utilisant à fond un technique de tremolo et un phaser à ondulation très lente, technique très proche de ce que JMJ avait fait pour Oxygen il y a… pfiou, une éternité.

Ça donne à l’ensemble un côté limite ambient-relaxation. Mais j’aime assez le chorus, plus cold wave. Et j’ai tenu à bidouiller un kick quand même pour le faire un peu plus pulser, même si le son de ce kick ne me plait pas vraiment car trop étouffé par rapport à la clarté et à la brillance du carillonet.

Finalement, la compos m’aura pris 2 heures, inutile de chercher à faire plus, le sample pack limité à 4 samples ne m’a pas permis d’envisager des arrangements plus complexes, il aurait fallu repasser par l’usage de techniques de synthèse native que de toutes façons je n’ai pas eu envie de redévelopper (je l’avais déjà fait pour les zeta computers, faut pas que ça devienne systématique).

Voilà, donc comme d’habitude, pour le téléchargement de la source, c’est toujours gratuit et encore pour l’instant en mode renoise 2.8 (probablement un de mes derniers modules, les futurs seront en mode renoise 3 à moins que la rc1 traine encore trop longtemps) et c’est >>par ici<<.

Merci pour votre écoute, à plus !

PaleWizard

maxime

Catégories :Renoise Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , ,

Eternal Exodus

03/10/2013 Commentaires fermés

Un peu comme pour le précédent morceau Ghost Love, celui-ci traine en fond sur mon disque dur depuis des lustres, sous la forme d’une boucle obsédante de tb303  un peu mélancolique, et d’un beat de ballade distordu. Le problème c’est que je ne parvenais pas à renforcer l’aspect dramatique/filmique du morceau. J’ai tenté de remédier au problème en renforçant le trait avec l’appui de strings cristallins très hollywoodiens et appuyés.

Notez que rien ne vaut une onde sinusoïdale pour la sub-basse. Vous me croirez ou pas j’ai cherché des plombes dans ma liste de 1200 VSTis un qui puisse produire un son de sub-basse aussi net et exploitable, et … rien, que dalle. Finalement, j’ai pris une simple onde de chipsound et si vous filtrez les quelques 40 premiers Hz sur le Master en sortie ça déchire.

Je voulais initialement présenter ce morceau à l’occasion du programme RRF (Radio Renoise France) mais les règles spéciales imposant l’usage d’un sample de tondeuse à gazon imbitable, j’ai fini par renoncer et publier la piste de façon indépendante.

Si vous analysez le .xrns (toujours disponible en téléchargement gratis ici), vous constaterez que certains arpèges ont été grapillés sur des plugins VSTis, en particuliers l’arpège de tb 303 (qui vient d’un preset du plugin Nexus 2, de reFX), et un arpège très éclaté (qui vient d’un preset de Rapture de Cakewalk). Ce morceau démontre si ce n’était pas encore fait que le grapilleur de plugins de renoise est une tuerie. Le son d’origine est fichtrement bien préservé, et le poids du morceau est inférieur à 30Mo ; quand on sait que Nexus 2 à lui-seul pèse plusieurs Gigas… L’ensemble de strings cristallin est lui-aussi issu de Nexus et franchement dites vous que je me suis retenu de grapiller plus au sein de ce plugin : si vous avez quelques euros de trop à claquer je vous recommande au plus haut point reFX Nexus, au son très présent, et d’excellente facture, un incontournable.

Je vous remercie pour votre écoute,

@ bientôt !

MAXIME LORRAI - Exode éternel

Maxime

Va te faire remixer

12/05/2013 Commentaires fermés

Je crois qu’on a du remixer une fois un de mes vieux modules, et j’avais trouvé ça assez gratifiant à l’époque, et je confirme que – même si je n’ai pas immédiatement compris pourquoi  le module Mindjack.xrns l’a été, l’expérience est encore intéressante à vivre.

D’où le message : allez vous faire remixer !

Ici, c’est Slow_Li, utilisateur du portail francophone http://www.refra.fr, qui s’est livré à cet exercice, très réussi, puisqu’en une demi-heure seulement, il a transformé ce morceau de drum & bass très classique dans sa forme en une espèce de glitch / expérimental qui sonne très bien. Excellente maîtrise des filtres de disto et bon résultat en sortie, pas chiant en plus, rien à redire.

Merci pour votre écoute !

@ bientôt !

Maxime

 

Nano Réplicateurs

03/04/2013 Commentaires fermés

Vous fatiguez pas ça n’a aucun rapport avec le MakerBot Replicator 2 ; qui n’a pas encore réussi à passer la barre de la nano-impression (on en est loin, faudrait déjà qu’il arrête de chier dans la colle à 0.15mm!). Non, le monde de la réplication a juste fini par s’incruster dans mon inspiration musicale sous Renoise.

J’ai travaillé le morceau en mode « lent » et j’ai ensuite doublé le BPM et même augmenté le LPB. Ca donne un aspect grouillant aux lignes et aussi un aspect électronique. Quand c’est un poil original / technique ou quand j’ajoute des effets de pseudo-formants, je mets un truc devant le nom des titres « zeta ». Ya pas non plus de rapport avec le célèbre plugin VSTi. C’est juste pour parler d’une image d’un langage ou d’une civilisation d’aliens gris – perso j’ai jamais rencontré de gris, ça se trouve ils n’existent pas, mais peu importe.

Comme d’habitude, si vous souhaitez examiner la source musical du morceau et éplucher la technique, c’est par ici.

Merci pour votre écoute, et à bientôt !

MAXIME LORRAI - Astronaute

Maxime

Catégories :Renoise Étiquettes : , , , , , , , ,

Fouetté avec une chaîne de lames de rasoir

19/11/2011 Commentaires fermés

C’est à peu près la traduction française qu’on pourrait faire du nom du dernier machin musical que je viens de pondre sous Renoise 2.7.2 : The RazorWhip. Mon objectif était de tester mon dernier setup de mixage supposé méga-over-booster la présence sonore. On peut dire que sur ce point mes techniques de « sidechain compression » et « sidechain distorsion » ont fonctionné parfaitement en conjonction avec une compression parallèle multibande aux petits oignons. Il en résulte un son massif, « in your face« , mais en contrepartie assez rêche cependant, cette dureté et cette rugosité forment le seul bémol que je pourrais donner à cette stratégie. En tout cas je sais que je peux compter dessus si je fais un morceau qui demande un son agressif, punchy et une présence maximale.

Je ne sais pas si je compte à l’avenir renouveler l’expérience du style Dubstep (car dans ce morceau le genre musical en présence se dénomme ainsi).  Reste à retenir une astucieuse façon de créer / émuler une basse en natif sous Renoise, avec 3 oscillations subtilement détunées, et de moduler ce son de basse pour qu’il forme dans les sons aigus des sortes de « ewee ewee » vocaux humains. Ca se démarque des basses cycliques type « waw waw » du son Dubstep traditionnel. Comme d’habitude, si vous voulez étudier les combines pour produire et ce gros son, et cette espèce de bass-lead modulé spécialement, c’est gratuit et c’est par ici.

Merci pour votre écoute, et @ bientôt !

MAXIME LORRAI - Batglasses

Maxime