Archive

Posts Tagged ‘made’

J’ai fumé mon ampli de casque audio en 4H

22/08/2012 4 commentaires

Voilà, ma satisfaction fut de courte durée. Pourtant sincèrement mon ampli Matrix M-Stage USB DAC  m’a donné une magnifique première impression de fiabilité et de solidité. Qui confirmait d’ailleurs tout ce que j’avais pu lire à son sujet. Mais j’ai pas de bol aujourd’hui. Le modèle que je viens de recevoir a cramé en 4h de rodage basique. J’ai pourtant bien vérifié les branchements, pas de problème : l’ampli casque est alimenté sur la prise 220v, prise para-surtension / para -foudre, sur laquelle tout mes autres périphériques multimédia, ordis, imprimantes, hauts parleurs, sont branchés et fonctionnent. Le volume est monté à 50%. La chaleur du bloc a été entre moyenne et basse pendant tout le test. Aucun signe de grésillement ou de dysfonction. Aucun signe avant coureur. Le port USB sur lequel je l’ai branché a fonctionné et fonctionne normalement. Je l’ai positionné en hauteur, avec de l’espace autour pour que l’air circule et la chaleur se dissipe bien.

Hélas, sans que je fasse quoi que ce soit, alors même que je n’écoutais rien, il s’est mis sans prévenir à émettre une fumée assez dense avec des bruits de crépitements, et une forte odeur de plastique brûlé. J’ai été étonné qu’aucun fusible interne ne se soit déclenché, j’ai moi-même coupé l’alimentation en urgence, en craignant que par conduction ça n’abîme mon ordinateur DELL, et / ou mon nouveau casque 600Ohms même pas rôdé.

Dommage, mauvaise opération, surtout pour Matrix, donc j’appelle le revendeur qui me confirme que j’ai gagné un gros lot, puisque normalement ce genre de panne est super-rare. Donc c’est avec une mine peu convaincue et une odeur de plastique brulé dans le pif que je prépare le retour en RAR du colis à peine ouvert pour un échange standard. Inutile de vous préciser que mon indulgence est toute relative, sujette à caution, je viens en effet de claquer 300€ pour un ampli casque de classe A, pas pour un générateur de fumée d’ambiance.

Cette « malchance » va retarder l’étalonnage et le rodage de mon tout nouveau casque, c’est bien dommage. Je pourrai bien sûr malgré tout composer en le branchant sur le jack de mon chipset realtek sur ma carte mère, chipset qui dispose d’un détecteur d’impédance automatique qui adapte le voltage et le volume en fonction de l’impédance détectée. Mais il n’en reste pas moins que la qualité du son est assez plate, malgré un rendu à 96KHz et 24 bits, ça manque singulièrement de punch, de chaleur, et de brillance… Je prends mon mal en patience en me disant que tout le monde a droit à une seconde chance.

Quix Done, test de ReSynth 2 (utilitaire pour Renoise 2.7.2)

29/11/2011 Commentaires fermés

Le problème avec Renoise 2.7.2, c’est qu’il est nécessaire d’avoir des échantillons pour s’en servir, si l’on a aucun instrument virtuel sous la main. Et la plupart du temps, les sons d’échantillons proviennent de synthétiseurs capables de partir de formes d’ondes sonores simples qui passent une fois produites dans une série de filtres et de processus les transformant, et leur donnant plus de personnalité. Vu qu’on sait que Renoise est particulièrement capable en matière de chaines d’effets et de filtres divers et variés, on se dit qu’il ne lui restait plus qu’à intégrer un simple générateur d’ondes basiques (sinusoïdes, triangulaires, carrées, dents de scie, aléatoires). Mine de rien, avec ces quelques formes, et un peu de science des effets, on peut produire une grande variété de possibilités sonores. Voici l’interface du générateur.

Voici l’interface de ReSynth 2, parfaitement intégrée dans celle de Renoise

Ce module n’est pas un instrument virtuel VSTi, c’est un utilitaire programmé en LUA qui se greffe au logiciel, comme les plugins de Firefox se greffent à Firefox. Cela ressemble finalement en grande partie à l’allure d’une grande majorité de synthés à ceci prêt que ce module n’intègre pas du tout les enveloppes ADSR, les filtres, etc… mais peu importe, tout peut être introduit à posteriori, puisque Renoise sait si bien le faire. Voici pour exemple une petite démo vite faite, en à peine 2h30, pas plus, et à partir de là on obtient facilement sous Renoise 2.7.2 un kit de percussions, très numérique, rien de bien réaliste, des nappes analogiques, du vibraphone frétillant, mais aussi, en rajoutant un module de simulateur d’ampli à lampes, un son de guitare électrique. (Notez, le son est un peu naze au début, c’est normal ça vient de la compression audio, mais on n’a pas ces problèmes quand on joue le morceau sans compression directement depuis Renoise). Sinon, le résultat produit par ce synthé est pas mal du tout, au final. Curieux de jeter un œil sur tout ça ? Pas de problème, pour télécharger la piste en format .xrns, c’est par ici. Et pour installer l’utilitaire Resynth sous Renoise, c’est par là.

Merci pour votre écoute, et @ bientôt !

Maxime