Archive

Posts Tagged ‘musique’

Les drones de l’espaaaaace : ils arrivent

10/10/2012 Commentaires fermés

Voilà donc pour ceux et celles qui n’étaient pas au courant, j’étais le « Super Rabbit » de la ligue des supatrackas. Dommage, je n’ai pas gagné la compétition, mais il faut dire que dans le genre DnB, je me suis cogné aux ténors, dont le gagnant lui-même. Globalement la musique représente l’arrivée de drones envoyés par la confédération galactique des gris, à l’approche de leur aire d’atterrissage ils détectent des chiens, puis les considérant comme des sources d’agression potentielles, ils les dématérialisent. La suite du morceau est l’audition du rapport technique en langage dronesque retourné à la flotte des gris stationnée quelque part dans un quadrant.

Pour examiner le fichier source, c’est comme d’habitude, c’est gratuit et c’est par ici.

Maxime

Des ombres aux yeux rouge-vif

13/07/2012 Commentaires fermés

Et si au lieu d’utiliser des échantillons d’instruments conventionnels je me servais des bruits de ma maison ? (tondeuse qui démarre, boule de yin-yang, impact de verres, de casseroles, cuillers, douche, interférences de téléphone sans fil, bip de ventilo, pièce de monnaie qui tourne, souffle dans bouteille, tue mouches, pshit de dégivrage, porte de garage automatique…). Ce genre d’exercice promet souvent la venue au monde de pistes très « ambient » et souvent « dark ambient » si les sons enregistrés ne sont pas « naturels » ou « biologiques » ; il est plus facile de créer des fonds lugubres à partir de grincements de portes échoïques, ou de grillages au ralentit. Mais j’avais en tête quelque chose d’un poil plus mélodique qu’un fond ambiant lugubre simple.

J’ai donc passé quelques heures tôt le matin chez moi, pour y enregistrer des sons divers et variés avec le microphone Stéréo de mon JVC camcorder HD. La vidéo dure bien plus de 20 minutes, et une fois convertie en fichier WAV sans vidéo, le tout fait bien 95 mb de sons exploitables. Mais, ce n’est pas le tout d’enregistrer des sons en ((stéréo)), il faut ensuite bien entendu les isoler, un par un, puis les nommer, les classer, les trier, puis aussi, les filtrer, puisqu’au cas où vous ne vous en seriez pas aperçus, les sons sont dès l’origine gâchés par toutes sortes de bruits de fonds blancs, très légers certes mais qui une fois amplifiés et placés au sein d’un arrangement, se feront inéluctablement entendre. Donc bien entendu on utilise des filtres passe haut ou passe bas, en fonction, un device nommé *gater : le genre d’engin coupe les sons dont le volume n’excède pas x dB. La phase d’enregistrement et d’isolation des sons utiles m’a quand même bien pris 12 heures de travail bref : une petite journée.

Cette phase préparatoire est un brin longuette, je vous ai habitué à plus rapide, mais le résultat, c’est qu’une fois les échantillons correctement préparés, j’ai pu faire l’arrangement en un temps record (4 heures). Il s’agit d’une sorte de slow électronique à base de bruits domestiques, d’humeur un peu étrange mais rien de bien terrifiant. La vidéo de l’arrangement définitif qui suit est divisée en deux parties, la première vous présente les sons enregistrés qui ont été sélectionnés, puis donc, leur utilisation directe au sein d’un arrangement complet.

– youtube est trop lent ? essayez dailymotion !

Je ne vous cache pas que si le thème est sympathique et si la piste vous présente quelques effets nouveaux, j’ai eu de la peine à produire un mix « cohésif » ainsi qu’une présence sonore suffisante sur les basses. Normalement, je devrais rajouter une sub-bass pour donner du corps et centrer les graves afin d’éviter toute dispersion stéréophonique du mix. Je ne l’ai cependant pas fait, d’une part sur le coup de l’urgence, car je n’avais que 4 heures devant moi, et d’autre part parce qu’aucun sample maison enregistré n’était assez exploitable en tant que sub-bass. Pour en faire, il faut simplement disposer d’une onde sinusoïdale « parfaite », et rien dans le matériel dont je disposait ne collait, d’une façon ou d’une autre. J’ai donc du à regret m’en passer.

Si votre bande passante vous interdit toute lecture vidéo, vous pouvez écouter le résultat en mP3 128kbits ici :

Et comme toujours, vous pouvez télécharger pour étude le fichier source de la musique au format .xrns ici ou . Merci pour votre lecture, et @ bientôt !

MAXIME LORRAI - Jump scare

Maxime

Pourquoi pas

14/06/2012 Commentaires fermés

Je ne vous avais pas dit que lorsque j’étais petit j’étais persuadé qu’un jour je serais une star internationale ? Le problème, c’est qu’arrivé à la moitié de ma vie, je ne crois pas être connu même par les voisins du fond de ma rue, c’est dire si ça semble compromis. On va dire que l’avantage de cette situation, c’est qu’on est soumis à aucune forme de pression publique pour créer un truc à la mode. Dans le genre : artiste indépendant du système, on peut aller loin, comme par exemple dans cette piste, appelée Biohazard, composée à 95% à base de bruits de pets réels :

Quand je dis réels, je dis qu’ils ont été échantillonnés en stéréo dans les toilettes par des américains consciencieux. Bien que l’idée m’ait traversé l’esprit plus d’une fois de les échantillonner moi-même dans ma propre cuvette, j’ai vite rencontré quelques problèmes du fait que je ne détenais pas de field recorder (un enregistreur compact), mais juste une caméra vidéo HD assez large et difficile à manier, celle justement utilisée dans la section VFX, et je ne voulais pas lui faire courir le risque de tomber dans le rond ou de subir quelques éclaboussures.

Donc du kick de batterie au clac des percussions, tout provient de pets divers et variés, bien entendu la ligne mélodique n’est pas faite à base de cuivres, mais de pets passés au sampleur. La seule chose que je n’ai pu convenablement faire à base de pets étant la douce forme d’onde sinusoïdale, qui m’aura juste servi pour faire une subtile infra-basse. J’ai aussi utilisé quelques interjections classiques issues du monde techno, pour donner une illusion de backgrounbd rap/hip hop, en abusant un peu des multitap delays, mais ça rend bien.

Voilà donc même si je ne serai jamais célèbre, je n’aimerais pas trop le devenir par hasard, grâce à ce gag, donc ce post va probablement être lu par 10 personnes, si ces dernières pouvaient ne pas trop ébruiter, partager, ça serait l’idéal. Si par contre vous avez besoin d’utiliser les samples de pets en stéréo soigneusement sélectionnés, je vous refile le lien vers le fichier source de la musique, comme d’habitude, c’est par ici.

Bien à vous

Maxime

TUTORIEL RENOISE #1 – 20 MN POUR CREER 20 SEC [2.6.1]

18/05/2011 Commentaires fermés

Marre de tuer le temps en faisant des parties de carte, en vidant des fonds de bouteille, ou en regardant la télé ? Branchez-vous sur les loisirs créatifs ! Envie de faire votre tube de techno de supermarché sauce maison ? C’est possible ! Pas besoin d’une séance de studio à 4000E la journée : votre PC de bureau avec sa petite carte son peut très bien faire l’affaire. Je vais vous montrer une méthode de composition sympa, précise, flexible, et dont le rendu est pro. Le logiciel qui permet de la mettre en œuvre s’appelle Renoise, la démo (quasi 100% fonctionnelle) est disponible en téléchargement gratis ici : http://www.renoise.com/. Essayé : adopté !

<< Regarder le tutoriel en HD ICI sur ma page FaceBook. >>

Catégories :Renoise Étiquettes : , , , , , , , , ,