Archive

Posts Tagged ‘pas’

Pourquoi pas

14/06/2012 Commentaires fermés

Je ne vous avais pas dit que lorsque j’étais petit j’étais persuadé qu’un jour je serais une star internationale ? Le problème, c’est qu’arrivé à la moitié de ma vie, je ne crois pas être connu même par les voisins du fond de ma rue, c’est dire si ça semble compromis. On va dire que l’avantage de cette situation, c’est qu’on est soumis à aucune forme de pression publique pour créer un truc à la mode. Dans le genre : artiste indépendant du système, on peut aller loin, comme par exemple dans cette piste, appelée Biohazard, composée à 95% à base de bruits de pets réels :

Quand je dis réels, je dis qu’ils ont été échantillonnés en stéréo dans les toilettes par des américains consciencieux. Bien que l’idée m’ait traversé l’esprit plus d’une fois de les échantillonner moi-même dans ma propre cuvette, j’ai vite rencontré quelques problèmes du fait que je ne détenais pas de field recorder (un enregistreur compact), mais juste une caméra vidéo HD assez large et difficile à manier, celle justement utilisée dans la section VFX, et je ne voulais pas lui faire courir le risque de tomber dans le rond ou de subir quelques éclaboussures.

Donc du kick de batterie au clac des percussions, tout provient de pets divers et variés, bien entendu la ligne mélodique n’est pas faite à base de cuivres, mais de pets passés au sampleur. La seule chose que je n’ai pu convenablement faire à base de pets étant la douce forme d’onde sinusoïdale, qui m’aura juste servi pour faire une subtile infra-basse. J’ai aussi utilisé quelques interjections classiques issues du monde techno, pour donner une illusion de backgrounbd rap/hip hop, en abusant un peu des multitap delays, mais ça rend bien.

Voilà donc même si je ne serai jamais célèbre, je n’aimerais pas trop le devenir par hasard, grâce à ce gag, donc ce post va probablement être lu par 10 personnes, si ces dernières pouvaient ne pas trop ébruiter, partager, ça serait l’idéal. Si par contre vous avez besoin d’utiliser les samples de pets en stéréo soigneusement sélectionnés, je vous refile le lien vers le fichier source de la musique, comme d’habitude, c’est par ici.

Bien à vous

Maxime

Mieux sapé pour pas un rond

26/02/2012 Commentaires fermés

Alors vous allez voir, j’ai maintenant un avatar.

C’est à dire que j’ai un personnage virtuel et je peux jouer à la poupée avec. Il est assez facile d’en créer un, à partir d’une photo de moi pleine face et illuminée de façon égale, avec un logiciel qui accélère franchement ce genre de processus : iClone. Si vous ne connaissez pas ce logiciel, rendez-vous sur cette page, vous y découvrirez une interface pas rebutante, très user friendly.

Le but d’iClone n’est franchement pas de vous permettre de réaliser les scènes 3D de rêve comme James Cameron les a faites dans son film culte en vraie 3D. Cependant, l’atout du logiciel est qu’il propose une mise en œuvre extrêmement rapide d’un résultat qui, même s’il est visuellement ‘moyen’, convient pour des story boards, des résumés, des présentations, ou des petits montages sans prétention.

iClone est fourni avec une poignée d’avatars prédéfinies mais customisables à l’infini (tête, corps, proportions, vêtements, etc…). On peut même faire avec ce logiciel des animations humaines à peu près réalistes, d’une façon similaire à ce qui se fait sur des logiciels comme Motionbuilder, Poser, ou DAZ, en plus simple, plus intuitif, et plus rapide. Encore une fois, le soft est fourni avec une petite série d’animations de base, prédéfinies, qu’on peut combiner, agencer, moduler, modifier et sauvegarder sous forme de fichier preset indépendant.

L’environnement est aussi capable de d’afficher des objets 3D, tous transformables selon une timeline. La caméra qui visualise le tout, est aussi capable de virevolter dans cet espace virtuel, et on peut dire qu’au niveau réalisation, aucune prouesse n’est interdite.

Enfin, iClone est doté d’un noble générateur de particules, ça veut dire en gros qu’il peut générer des milliers de petits éléments visuels, qui agissent dans l’espace et le temps selon des propriétés physiques toutes paramétrables.  In fine, une particule est le comportement d’une flamme dans un mur de feu, une étincelle dans l’arc de la foudre, un flocon dans la tempête de neige, une goutte d’hémoglobine, de la fumée, des étoiles, bref le générateur de particules est le maillon nécessaire d’un système d’effets spéciaux complexe et performant.

Pour conclure le tout, on note que le moteur de rendu est capable de gérer différents types d’éclairages et d’effets de caméra, le focal blur, le HDR, l’influence de luminosité d’un objet peut être fonction de celle des objets ambiants, le brouillard… tout est scriptable et automatable, bref, iClone est un environnement extrêmement prometteur sur le plan technique, cependant, il ne lui manque plus que « du contenu » et en particulier quelques animations utiles.

C’est là que la Ms Kinect intervient : elle va me permettre d’enregistrer en direct des mouvements physiques types, puis de les transposer aux créatures et avatars divers et variés qu’on va y créer. Voici un premier exemple, sur lequel je me contente juste de tourner autour de mon propre clone, en testant la particule texte vertical (ce qui donne une impression de trucage à la Matrix soit dit en passant).

Maxime LORRAI est mieux sapé dans la matrice

@ bientôt pour de nouveaux essais !

Maxime

Catégories :VFX Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,